mardi 3 avril 2018

ÌSÖLD





R  ÌSÖLD, c’est le titre.

I  Isolde ? Et Tristan ?

R  Non, rien de si wagnérien ! C’est seulement que, ‘ìsöld’ signifie ‘glaciation’, en islandais. En phase, de façon assez primaire, avec cette image, proposée ici pour « inspirer » un morceau de musique :








I  Ah oui, bien sûr ! Encore une fois, ce rapport entre une photographie, et de la musique ? Je vois bien que l’image est ici celle d’un monde glacé…

R  … Un paysage d’Islande rapporté par Fabrice Tourrel :

I  Cependant, cela reste assez énigmatique, pour moi, la possibilité d’un rapport entre image et musique…

R  Oh, tant qu’il n’est pas exigé que ce rapport soit univoque – et comment pourrait-il l’être ? -, cela fonctionne assez bien. Encore une fois, la source – de l’inspiration d’un musicien – ne doit pas être ici une image prise pour elle-même, mais seulement la façon dont cette image peut impressionner, plus ou moins rationnellement, plus ou moins sentimentalement, ce musicien.

I  Est-ce que vous pourriez dire que la musique résultante devra « impressionner» l’auditeur de la même façon que l’image a impressionné, « plus ou moins rationnellement ou sentimentalement », le musicien ?

R  A vrai dire, je n’ai aucune idée, pour ce qui me concerne, de la façon dont ma musique va pouvoir « impressionner » qui que ce soit…

I  Mais vous pouvez dire deux ou trois mots de la façon dont vous avez reçu cette image ?

R  Oui, bien sûr. Dans une certaine mesure… D’abord, j’essaye de la voir… pour ce qu’elle donne à voir, objectivement, si je peux dire : un glacier qui, descendant de la montagne dont on devine les contreforts sur la gauche, vient s’écouler, s’écrouler, dans la peau gelée de la mer.

I  La mer ? Le titre de la photographie indique « Lac islandais ».

R  Ah oui… Voyez comme déjà mon premier regard n’est plus objectif. Là où est un lac, je vois la mer…

I  Ce serait intéressant de savoir pourquoi ?

R  S’il le fallait, je crois que je dirais que, un lac, c’est trop étroit, petit, limité. Alors, il me faut imaginer la mer, l’Océan, même !

I  Donc, les grands espaces, au-delà du cadre…

R  Oui, ce doit être ce qui est « impressionnant » pour moi, ici : tout ce qui déborde du cadre de la photographie : la montagne au-delà de l’horizon, les vastes étendues d’un glacier se confondant avec celles de la terre, la mer gelée à perte de vue… et tout le ciel ! Sans aucune limite imaginable…

I  L’étendue, donc, et qu’elle soit toute figée dans la glace ?

R  Oh non ! Rien de figé ici. J’entends le vent qui souffle sans cesse poussant les nuages, les couches du glacier qui glissent imperturbablement les unes sur les autres, la roche en dessous qui gémit sous son poids…

I  Oui, tout bouge… mais si lentement !

R  Pour dire les choses comme elles sont : tout en ce lieu semble, à proprement parler, inhumain. Cette lenteur géologique, cet espace sans horizon atteignable, ils excèdent la capacité humaine. Pour l’homme, tout ici est invivable.

I  Mais, bien entendu, votre musique ?

R  Oh, je n’ai pas la prétention de composer une musique inhumaine…




dimanche 24 décembre 2017

MISFITS




à l'écoute de cette musique de KITUSAI

https://soundcloud.com/kitusai/misfits


*
Traversé par la trajectoire de cet avion prenant d'assaut le vide du ciel, 
l'éclat du soleil lui semble, un moment, la prémonition éblouissante de la catastrophe fatale.
Lui, il est de ceux dont la boussole s'affole incessamment, l'aiguille courant d'un pôle à l'autre sans répit.

*
Mais il en est, ailleurs, pour lesquels c'est le pivot même de leur boussole, celui devant soutenir son aiguille en équilibre, qui a été arraché.
Alors l'aiguille désaxée cogne et brinquebale éperdument, à la moindre vague attaquant, de la proue à la poupe, de bâbord à tribord, leur pauvre esquif surpeuplé.

*
Loin, si loin au dessus de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants, tous désorientés sans recours, passe, bien haut dans le ciel, cet avion.

C'est au même point de géolocalisation, dira-t-on, en ce point unique, et aussi infime que peut l'être un point mathématiquement défini, que se croisent ces deux univers. Parallèles ? 
Univers parallèles, absolument !

Sur des lignes qui, même poussées jusqu'à l'infini, ne se rencontreront jamais.


lundi 23 octobre 2017

SOMMAIRE

SOMMAIRE (au 23 octobre 2017)


A PROPOS DE PHOTOGRAPHIE 1 :

Un dialogue « sur la photographie », (2008 / 2009),  
entre Francis Esquier et Patrick Guillot (en huit chapitres)

VISION VISIONNAIRE



 A PROPOS DE PHOTOGRAPHIE 2
PORT-FOLIO PERSO :

PLUS D'AMOUR SVP

Murs murmurant

DAVID HOCKNEY A BEAUBOURG

LUMIERES, D’UN JOUR L’AUTRE  (29 et 30 décembre 2016)


MUSIQUE & VIDEO 1 :

*
musique signée KITUSAI :

SAISONS
HIVER :

1/6 : HIVER

2/6 DUSK

                  à suivre…

et autres :

Are We Sync Enough

Initiate from Live


MUSIQUE & VIDEO 2 :

*

musique signée Patrick Guillot :

DANGEROUS IS THE NIGHT

DOUBLE PEAU_SCHIZO

https://soundcloud.com/user-101895035/double-peau-schizophrenie



Musique : révision "instrumentée" en 2016 d'une pièce pour flûte seule, composée en 1970.





VAGUES : Musique pour ensemble de cordes en octuor

Série ‘STREET ART’ :

DONC JE SUIS   Street art II : installation de Jean Faucheur (septembre 2014)

Série ‘LES ELEMENTAIRES’ :

ARCHIVES :





A PROPOS DE PEINTURE, et autres expositions :

Un essai de Francis Esquier, sur Picasso et le ‘Déjeuner sur l’herbe’ de Manet,
- en six chapitres :

LE DÉJEUNER SUR L'HERBE (MANET–PICASSO)_Francis Esquier


DÉTAILS CÉZANNIENS

(visite de l’exposition « LES PORTRAITS DE CÉZANNE », au Musée d’Orsay)

UN GRAND ORCHESTRE (LE GRAND ORCHESTRE DES ANIMAUX à la Fondation Cartier)
DEBOUT  
Une installation de CHUNG HYUN : "L'HOMME DEBOUT" / Jardin du Palais-Royal 
LA NUIT LE JOUR  Festival EXIT 2016 / ‘PERCEPTIONS’ à la Maison des arts de Créteil 

(OSTINATO) GASTON CHAISSAC

LES LARMES D'EROS  Lascaux (http://www.lascaux.culture.fr/), et Georges Bataille…

CY TOWMBLY (A ABU DHABI)

 

SERGE POLIAKOFF au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

& : http://www.youtube.com/watch?v=MjtiEjhD-hY

SIMULTANÉ (Sonia Delaunay)

(26 décembre 2014, exposition SONIA DELAUNAY « Les couleurs de l’abstraction »


*

SAINTE-VICTOIRE / Cézanne



*
ANGES/METAMORPHOSES      (JAN FABRE au Louvre / 2008) - de 1 à 6 :

*

MARTHA ROSLER LIBRARY - INHA 2007

*

 « NON-EXPOSITION » / Jean-Jacques Lebel  à la Maison Rouge (janvier 2010) : 1 & 2

https://www.youtube.com/watch?v=21jPWDG2xdQ

*

SERAPHINE LOUIS, dite DE SENLIS     exposition au Musée Maillol (mars 2009)

VILLA ARPEL AU 104  Jacques TATI, la Villa ARPEL au "104" 

*

D'ETERNELS_RETOURS  exposition « LOW TECH »

festival EXIT (mars 2012) à la Maison des Arts de Créteil  -  de 1 à 3 :

*
LE DEFILE_ Gaultier / Chopinot   Musée de Arts décoratifs (septembre 2007)

A PROPOS DE LECTURES :

LEÇONS SUR TCHOUANG TSEU_1  de Jean François Billeter (Note de lecture 1)

CHASSE À L’ÉLAN (RAYMOND CARVER)



A PROPOS DE PHOTOGRAPHIE, VIDÉOS, CINÉMA…

 

Café Society _ Woody Allen


NICOLAS HERMANN, photographe :

NICOLAS HERMANN / Un photographe  

DISTORSION

QUADRIPARTITE - à propos d’une suite de photographies



SCÉNES, RÉCITS, etc.


LIEUX :



24 de marzo 2017, música grabada en la Iglesia de Santa Marina y San Juan Bautista de la Salle,
Concierto de marchas procesionales, a cargo de la Agrupación Musical «Virgen de los Reyes».
&
vistas de la nave de la Catedral de Santa María de la Sede y la Giralda


PARIS :
IN / OUT (genre ‘subway’)
TANGO A PARIS  (1er mai 2016, quai Saint-Bernard aménagé pour les danseurs)


*
PORTUGAL :
Paúla 24 de abril 2016   Alenquer / Lisboa / Festas do Império do Divino Espírito Santo

CABO DA ROCA

*
few points of view of a short trip  (UTRECHT / OSTENDE)
*
ARLES : CHRONOLOGIE APPROXIMATIVE (dimanche 19 octobre 2014)
*

LEXICAL (à propos de mots)



ACTUALITES

Charlie…

PRISE DE PAROLE_Lettre ouverte à Monsieur Philippe Bilger