vendredi 3 février 2017

SOMMAIRE

SOMMAIRE, actualisé au 17 février 2017



MUSIQUE & VIDEO :






une musique signée  KITUSAI    http://www.kitusai.com 
https://www.soundcloud.com/kitusai 


Musique : révision "instrumentée" en 2016 d'une pièce pour flûte seule, composée en 1970.




VAGUES : Musique pour ensemble de cordes en octuor


Série ‘STREET ART’ :
DONC JE SUIS   Street art II : installation de Jean Faucheur (septembre 2014)


Série ‘LES ELEMENTAIRES’ :


ARCHIVES :





A PROPOS DE PEINTURE, et autres expositions :

UN GRAND ORCHESTRE (LE GRAND ORCHESTRE DES ANIMAUX à la Fondation Cartier)
DEBOUT  Une installation de CHUNG HYUN : "L'HOMME DEBOUT" / Jardin du Palais-Royal 
LA NUIT LE JOUR  Festival EXIT 2016 / ‘PERCEPTIONS’ à la Maison des arts de Créteil 

(OSTINATO) GASTON CHAISSAC

LES LARMES D'EROS  Lascaux (http://www.lascaux.culture.fr/), et Georges Bataille…

CY TOWMBLY (A ABU DHABI)

 

SERGE POLIAKOFF au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

& : http://www.youtube.com/watch?v=MjtiEjhD-hY

SIMULTANÉ (Sonia Delaunay)

(26 décembre 2014, exposition SONIA DELAUNAY « Les couleurs de l’abstraction »


*

SAINTE-VICTOIRE / Cézanne



*
ANGES/METAMORPHOSES      (JAN FABRE au Louvre / 2008) - de 1 à 6 :

*

MARTHA ROSLER LIBRARY - INHA 2007

*

 « NON-EXPOSITION » / Jean-Jacques Lebel  à la Maison Rouge (janvier 2010) : 1 & 2

https://www.youtube.com/watch?v=21jPWDG2xdQ

*

SERAPHINE LOUIS, dite DE SENLIS     exposition au Musée Maillol (mars 2009)

VILLA ARPEL AU 104  Jacques TATI, la Villa ARPEL au "104" 

*

D'ETERNELS_RETOURS  exposition « LOW TECH »

festival EXIT (mars 2012) à la Maison des Arts de Créteil  -  de 1 à 3 :

*
LE DEFILE_ Gaultier / Chopinot   Musée de Arts décoratifs (septembre 2007)

A PROPOS DE LECTURES :

LEÇONS SUR TCHOUANG TSEU_1  de Jean François Billeter (Note de lecture 1)

CHASSE À L’ÉLAN (RAYMOND CARVER)



A PROPOS DE PHOTOGRAPHIE, VIDÉOS, CINÉMA

 

Café Society _ Woody Allen


NICOLAS HERMANN, photographe :

NICOLAS HERMANN / Un photographe  

DISTORSION

QUADRIPARTITE - à propos d’une suite de photographies


PORT-FOLIO PERSO :


SCÉNES, RÉCITS, etc.


LIEUX :
PARIS :
IN / OUT (genre ‘subway’)
TANGO A PARIS  (1er mai 2016, quai Saint-Bernard aménagé pour les danseurs)


*
PORTUGAL :
Paúla 24 de abril 2016   Alenquer / Lisboa / Festas do Império do Divino Espírito Santo

CABO DA ROCA

*
few points of view of a short trip  (UTRECHT / OSTENDE)
*
ARLES : CHRONOLOGIE APPROXIMATIVE (dimanche 19 octobre 2014)
*

LEXICAL (à propos de mots)



ACTUALITES

Charlie…

PRISE DE PAROLE_Lettre ouverte à Monsieur Philippe Bilger




lundi 2 janvier 2017

LUMIÈRES, D’UN JOUR À L’AUTRE

les 29 et 30 décembre 2016






29/12/2016 09 :50



  
30/12/2016 15 :27



30/12/2016 15 :30





30/12/2016 15 :34




02/01/2017 13 :20

vendredi 16 décembre 2016

LEÇONS SUR TCHOUANG TSEU - Billeter - 2

LEÇONS SUR TCHOUANG TSEU
de Jean François Billeter

(Note de lecture 2)

‘Note de lecture’ ?
À proprement parler, ces « notes de lectures » sont effectivement relatives à la lecture elle-même ; ce ne sont pas des relevés d’un texte, tel qu’en lui-même. Ce ne sont pas, comme je crois qu’il est convenu que doivent l’être des ‘notes de lecture’, des recensions (des « analyses et comptes rendus critique d’un ouvrage dans une revue »).
Cependant, il ne s’agit pas de « la lecture en général », ni même de comment je lis, moi, « en général », mais bien de ma lecture de ce texte-là  - de ces LEÇONS SUR TCHOUANG TSEU de Jean François Billeter.
Du moins, c’est ce que je vise.

Ce n’est que par le moyen de ce texte-là (le texte de ces « leçons »), que ma lecture  est ce qu’elle est.
La lecture, telle qu’ainsi considérée, qu’elle est-elle ? Une activité.
Et le second essai du volume est justement intitulé :
« Les régimes de l’activité ».

Lisant, je suis actif. Mais peut-être devrais-je dire : interactif.
Lisant, je suis actif, déjà, au moment où je prends la décision de lire, plutôt que de faire autre chose, ou plutôt que de ne rien faire, et de même quand je me décide à lire ceci, et pas cela.
(Quand je me décide à – ou bien : quand je me laisse aller à. Et, pour désigner l’acteur de cette activité, je ne dis « je » que par commodité, sans m’arrêter pour l’instant sur la réalité de ce « je ».)
Je suis toujours actif en me décidant (ou en me laissant aller) à lire de telle façon, et pas d’une autre, à telle allure, etc.

Par ailleurs (est-ce vraiment « ailleurs », d’ailleurs ?), cette activité, la lecture de tel texte, me transforme, d’une façon ou d’une autre.
Parfois, elle pourra déplacer mon « point de vue », même insensiblement, même provisoirement… Ou bien elle m’informera ; elle me donnera la connaissance de certains faits, ou de certaines preuves de leur réalité, ou bien elle me fera douter de la validité de telle ou telle assertion, etc.

La lecture peut aussi, parfois, me faire le vis-à-vis, le compagnon, le confident, ou l’ennemi juré, d’autres vivants, ailleurs, en d’autres temps, plus ou moins réels ou plus ou moins imaginaires, peu importe : c’est toujours « en réalité », dans la réalité de ce que je j’éprouve au moment que je suis leurs aventures, que je peux les aimer ou les détester, les admirer ou les mépriser. Quoiqu’il en soit de la nature et de la puissance de ces proximités morales ou affectives, attirantes ou répugnantes, elles me font, au moins le temps de la lecture, autre. Tout imaginées qu’elles soient, elles peuvent m’avoir touché aussi efficacement que me touche une relation avec des personnes rencontrées dans mon existence réelle…

Et puis, une lecture peut aussi transformer mon regard, parce qu’elle me met en présence d’un autre monde – ou plutôt : de mon monde, mais tel que révélé par un autre regard, selon d’autres façons de le percevoir, et, surtout, d’autres façons de mettre en relations les différentes perceptions qui en sont possibles. Il suffit parfois d’une épithète… Et tout soudain ce quelque chose, demeuré si longtemps inaperçu, se découvre ; et ce quelque chose, qui nous était indifférent, tant il semblait trivial, on l’entend « d’une autre oreille »…


Je suis actif en décidant de lire, ceci ou cela, comme ci ou comme ça.
Mais cela que je lis - non pas le texte « lui-même », mais ce que j’en reçois et retiens -, est aussi actif.
Et, ici,  une « note de lecture » devrait n’être que la description de la façon dont telle lecture (de tel texte) agit sur moi.